Mar Lodj

Découvrez Mar Lodj, île du Saloum

Présentation de Mar Lodj

Pirogue taxi Marlodj
Mar Lodj (parfois appelée Mar Lothie) est une île du Sénégal située dans le Sine-Saloum à proximité de Ndangane où se trouve l’embarcadère et à une quarantaine de kilomètres de Joal-Fadiouth.

Administration

L’île est rattachée à la région de Fatick. Les villages font partie de la communauté rurale de Fimela.

Flore

Le paysage est celui de la savane et des mangroves du delta.
Rôniers, fromagers et manguiers sont bien représentés à Mar Lodj.

Population

Environ 5 000 personnes vivent sur l’île.
On y dénombre quatre villages qui vivent un peu à l’écart des migrations touristiques, même si quelques habitants sont impliqués ici ou là.
Deux d’entre eux sont assez importants : Mar-Fafako et Mar-Lothie (2 000 habitants environ chacun), alors que Mar-Soulou et le hameau de pêcheurs Wandié ne comptent respectivement que 500 et 200 habitants.

Près de l’église, un imposant fromager, un rônier et un caïlcedrat (Khayasenegalensis) entremêlent leurs troncs, symbole de l’entente entre les trois religions pratiquées sur l’île : l’islam, le christianisme et l’animisme, même si les Chrétiens sont nettement majoritaires.
Au pied de ces arbres des sacrifices sont régulièrement pratiqués : des poulets ou des chèvres sont égorgés, du lait caillé ou du vin de palme sont offerts aux esprits. Seules trois femmes — une de chaque religion — ont le droit de procéder à ces rituels.

Infrastructures et activités

L’île dispose de deux postes de santé et deux maternités (dont la Maternité Josyane Vierne à Mar-Lothie), de quatre écoles dont trois publiques, d’une maternelle catholique privée ainsi qu’une maternelle publique construite par l’Association Mar-Lodj. Les structures du Collège d’Enseignement Moyen de Mar-Soulou accueillent des élèves du Secondaire.

On y trouve une église ronde abritant une Vierge noire, ainsi qu’une fresque réalisée par un artiste local. Le dimanche on y célèbre une messe au tam-tam.

Mar Lodj possède également une mosquée.

L’économie locale est précaire. Le riz, le mil, l’arachide, la pastèque et certains légumes y sont cultivés et l’on y pratique aussi un peu d’élevage (vaches, cochons, chèvres, poulets…).
Le Comité de Jumelage de Courtonne-les-Deux-Églises a apporté ces dernières années du matériel agricole afin d’augmenter leurs productions. Le Comité de Jumelage a formé du personnel sur place afin de mieux s’organiser, et aussi, pour permettre de gérer le nouveau maraîcher.

Comme dans le reste de la région, la pêche est une source de ressources et, compte tenu du cadre exceptionnel, beaucoup d’espoirs reposent sur le développement du tourisme (hébergement et vente d’artisanat local).

Des chambres d’hôte et plusieurs campements de style local accueillent les visiteurs qui viennent s’y reposer ou entreprendre des promenades en pirogue et des excursions de pêche ou d’observation des oiseaux (Île des Oiseaux en particulier).

Outre la pirogue, le moyen de transport habituel est la charrette.

Des artistes locaux réalisent des tableaux de sable (une spécialité africaine) en utilisant différents matériaux naturels pour obtenir les nuances souhaitées. C’est ainsi qu’en 2006 Emé Dogue, un enfant du pays, a présenté ses réalisations en France, à Cugnaux.

Adhérent TASS de Mar Lodj

Hôtel Le Kooniguy